Révolution Intérieure : un documentaire sur le changement


Paris, France Health Education

Comment être le changement que nous voulons voir dans le monde ?

About the project

Avez-vous constaté ce paradoxe ? Les êtres humains, capables d’exploits intellectuels, scientifiques, techniques (on va sur la Lune et bientôt sur Mars quand même), semblent incapables de résoudre des vieux problèmes autant que de prévenir des catastrophes imminentes qu'ils sont eux-mêmes en train de créer : montée des populismes, course à l’armement, explosion des inégalités, destruction irréversible des écosystèmes donc de toute vie sur Terre, etc.

Malgré les moyens financiers, humains, scientifiques collossaux dont nous disposons, plutôt que d’œuvrer à la préservation de la vie sur Terre pour nous et les générations futures, NOUS, êtres humains censés et intelligents (sapiens au carré), optons pour des choix collectifs qui vont dans le sens d’une accélération du chaos, de l’entropie... Allô l'Apocalypse ?

Question : Aurait-on un léger problème de priorités ? Il n’y a jamais eu autant d’argent en circulation mais à quoi est-il alloué ? On a jamais eu autant de connaissances, mais à quoi sont-elles dédiées ? On parle beaucoup de changement mais qu’est-ce qui change au juste ?

Pour ma part, au lieu d’un changement, je vois surtout une répétition. Comme le disait Einstein : « La folie, c’est faire toujours la même chose et espérer un résultat différent ! »

Alors, je décide de partir à la recherche de réponses de fond pour comprendre :
1. Où va-t-on ?
2. Pourquoi est-il si difficile de changer… à la fois collectivement mais aussi individuellement ?
3. Comment incarner le changement qu'on veut voir dans le monde ?

Le but de mon projet documentaire est de :
- sensibliser le public en lui apportant des éléments de réflexion politiques, philosophiques, psychologiques,
- comprendre l’origine de nos contradictions, de nos pulsions, du déni et des freins à l’œuvre en nous, qui permettent à tout un système destructif de perdurer ;
- présenter des voies pour sortir de ce cercle vicieux.

Ok, dit comme ça, c’est un peu théorique et pas hyper sexy.
Mais d’une part, le long métrage documentaire fait le choix de l'humour avec un format hybride, qui mélange interviews, sketchs, animations pédagogiques et narration... Pour rendre le propos accessible et parce que rire de nous-mêmes est l'une des manières de s'autoriser à changer.
Et de l’autre, il adopte un format double, cinema et Internet (transmedia) permettant spectateur/acteur d’aller plus loin et de s’approprier cette réflexion-action.

Mon credo : inviter le spectateur à remettre en question ses croyances et encourager la transition intérieure au service de la transition citoyenne et environnementale. Parce que “bien être” + “vivre ensemble” = “bien vivre” + “être ensemble” ;)

Je serai honorée de pouvoir présenter mon projet aux Sensemakers : faire appel à leur intelligence collective pour trouver des pistes concernant la diffusion et la communication autour du projet, en pré-production, partager leur ressenti sur la manière d’aborder cette question de la transition intérieure au service du collectif pour que le public se sente concerné.

Je tiens à votre disposition une maquette de 20 minutes qui vous donnera un aperçu du style visuel du film et de son propos : écrivez-moi et je vous l'envoie le lien de visionnage privé avec plaisir ;) Mon adresse : annemurat(point)net(arobase)gmail(point)com

Merci de votre intérêt !
Avec Metta,

Anne

Their next challenge :
"Comment transformer les spectateurs d'un documentaire en acteurs de changement?"


  • Smaller a 016 carre
    14 days Anne Murat
    Merci à toutes et à tous de vos contributions encourageantes et inspirantes ! Ce serait un plaisir de vous retrouver lors de l'atelier de créativité (hold up) organisé le jeudi 22 juin ;) N'hésitez pas à vous inscrire sur l'évènement Facebook (cliquer sur l'onglet "Je contribue"), avec Metta et mes remerciements renouvelés, Anne
  • User logo a31197e96997412915c497a86cb6df3fa6c2df2aa7f48078b65d7eb0c913f303
    about 1 month Corinne Risse
    Bonjour, c'est un sujet qui m'intéresse depuis quelques temps. Comme Cedric je trouve intéressant le concept de dissonance cognitive Sur le sujet du changement j'ai commencé un mooc gratuit sur "coursera" : "devenir entrepreneur du changement". Tu y trouveras peut être des idées intéressantes ?
  • User logo a31197e96997412915c497a86cb6df3fa6c2df2aa7f48078b65d7eb0c913f303
    about 1 month THOMAS SHARIFI
    Il faut selon moi, en plus du documentaire, leur faire des propositions concrètes en appuyant bien sur l'impact qu'ils peuvent avoir en tant qu'acteurs.
  • User logo a31197e96997412915c497a86cb6df3fa6c2df2aa7f48078b65d7eb0c913f303
    2 months Oswaldo TCHOUNG YAO
    Voici les émotions a retenir
  • User logo a31197e96997412915c497a86cb6df3fa6c2df2aa7f48078b65d7eb0c913f303
    2 months Oswaldo TCHOUNG YAO
    😊😀😁😂😅😃🙌🙌🙌🙌🙌😼🙈🙉🙊👪💚💜💛💙❤👍
  • User logo a31197e96997412915c497a86cb6df3fa6c2df2aa7f48078b65d7eb0c913f303
    2 months Gaelle Deschamps
    Si des projections un peu alternatives du documentaires sont organisées, je suggérais de faire quelque chose en deux étapes: 1- avant d'entrer dans la salle de projections, demander aux spectateurs d'indiquer une cause qui leur tient à coeur et de l'écrire sur un post it. Mettre tous les post it sur un mur. 2- une fois la projection achevée, demander aux spectateurs d'ajouter ce qu'ils pensent pouvoir faire de plus, à la lumière du documentaire, par rapport à ce qu'ils font peut être déjà. Par ailleurs, proposer une url avec une liste de ressources par thème qui pourrait aussi aux personnes de continuer à prendre des initiatives dans le domaine qui les intéresse.
  • User logo a31197e96997412915c497a86cb6df3fa6c2df2aa7f48078b65d7eb0c913f303
    3 months Cedric Boulanger
    Bonjour, Je m'intéresse à la question du changement depuis quelques années. Je serais très intéressé d'échanger avec vous sur le sujet et sur la façon de le mettre en forme de manière pédagogique. Voici un premier jet d'une idée. Pour comprendre pourquoi ça coince, il faut comprendre d'abord comment on change. 1ère partie: la psychologie du changement Intégrer une idée nouvelle demande un effort au cerveau. Le cerveau n'aime pas se remettre en question. Une idée qui n'est pas en adéquation avec ses croyances ou son comportement provoque une "dissonance cognitive" (un inconfort mental). La solution de facilité pour le cerveau est de rejeter cette nouvelle car trop inconfortable et de ne retenir que les exemples qui vont dans le sens de nos croyances/comportements (exemple: les fumeurs diront qu'ils avaient un oncle qui fumait comme un pompier et qui est mort à 90 ans) , c'est ce que l'on appelle le biais cognitif de confirmation. La 1ère étape est donc d'accepter intellectuellement cette nouvelle idée malgré tous les obstacles cognitifs. Mais le libre arbitre est également perturbé par l'environnement et c'est le point qui suit. 2ème partie: la sociologie du changement: La pression sociale est très importante dans le changement. Prenons l'exemple du veganisme. Au debut du mouvement, les vegans étaitent considérés comme des babacools perchés. Aujourd'hui c'est "hype" d'être vegan, ce sont presque ceux qui mangent de la viande qui doivent se justifier. De manière caricaturale, la population est composée de 3 types d'individus: les leaders, les suiveurs et les libres penseurs. Les libres penseurs se fichent de la pression sociale, ils n'ont pas peur du regard des autres. Ce sont souvent eux qui changent en premier mais n'essaient pas forcément de faire changer les autres. Les leaders eux se sentent investis d'une mission, ils prêchent la bonne parole. Ils sont écoutés et suivis comme par exemple les stars qui lancent des modes vestimentaires ou alimentaires. Les suiveurs fonctionnent avec la pression sociale, ils ne changent que lorsque c'est la mode dans notre groupe social de changer et que le non-changement serait préjudiciable socialement. 3ème partie: le changement dans les faits Suivant la catégorie dans laquelle on se situe (libre penseur, leader ou suiveur), on ne change pas de la même manière. Les suiveurs ne changent pas par eux-mêmes, la pression extérieure est primordiale. Ils peuvent changer du jour au lendemain. Pour les leaders et libres penseurs, une fois la nouvelle idée acceptée (1ère partie), comme ils sont les premiers à changer, les efforts sont plus importants. Dans les années 90, il était compliqué de demander un plat vegan au restaurant, de trouver des produits bio ou du quinoa. Aujourd'hui, il est difficile d'expliquer qu'on refuse un voyage en avion, qu'on veut acheter autre chose qu'un iPhone, ou autre. Pour ne pas craquer en chemin, il convient de changer progressivement. La fameuse méthode des petits pas. Voilà mes premères idées. Je ne suis pas totalement satisfait des exemples mais je n'en avais pas d'autres en tête. A votre disposition pour en parler Bonne soirée Cordialement, Cédric


Similar projects

Default challenge picture e79b0acaa7db72403bec45c5faf15f812a504383a352e3ed1bea540fa6cca348
0 contributions
Default challenge picture e79b0acaa7db72403bec45c5faf15f812a504383a352e3ed1bea540fa6cca348
0 contributions
Their Challenge
"Comment transformer les spectateurs d'un documentaire en acteurs de changement?"
Recommended contribution
Attend a workshop
Attend a workshop to solve their challenge. This is a creative workshop where everybody can give his ideas.

Share the projet
Give a hand to help this project gain visibility
  • 10 seconds
Give an idea
Give an idea to solve their challenge
  • 5 minutes
  • 7 contributions